La Résidence de France à Bangkok

55,92 €

C’est par le fleuve qu’il faut découvrir la résidence de France et sa façade tournée vers l’eau. Sur le ponton, un salon d’extérieur et deux bonsaïs de frangipaniers accueillent les visiteurs venus par bateau. Arriver par la route est une hérésie malheureusement devenue la règle. La résidence n’offre que ses communs à celui qui la rejoint par la rue Charoen Krung, l’ancienne New Road.

Dès le premier regard, la singularité de cette grande maison interpelle. Est-on au bord d’un lac italien ou sur une plage des Caraï bes ? La résidence de France est un cocon tissé au fil des années autour de la bâtisse originelle, chaque ajout témoignant de l’évolution des goûts architecturaux. Le résultat est à l’image de la ville de Bangkok : éclectique. Les soins apportés à la conservation de la résidence et de ses jardins en font une des demeures les plus charmantes des bords du Chao Phraya.

check In Stock
Quantité

Jean-François KLEIN

Historien spécialiste des colonisations en Asie orientale, Jean-François Klein est maître de conférences, habilité à diriger des recherches à l’université de Nantes. Il a aussi enseigné l’histoire contemporaine de l’Asie du Sud-Est aux Langues O’ (INALCO) et a été professeur invité à la New York University (Institute of French Studies). Il est cher-cheur au Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (Nantes) et associé au Centre Roland Mousnier (Paris-Sorbonne).

Co-directeur de la collection « Empires » aux Éditions Ven-démiaire, il est l’auteur de nombreuses publications parmi lesquelles Un Lyonnais en Extrême-Orient. Ulysse Pila vice-roi de l’Indo-Chine ; Les Maîtres du comptoir, Desgrand Père et fils. Réseaux du négoce et révolutions commerciales, 1720-1878 ; Atlas des empires coloniaux XIX e-XX e siècles et Pennequin, une « éthique coloniale » française. Penser la pacification, dépasser la colonisation, 1849-1916 (en cours d’édition). Il a, en outre, co-dirigé Les Sociétés coloniales à l’âge des empires. Afrique, Asie, Antilles, 1850-1950 et Les Européens dans les ports en situation coloniale. Conseiller scientifique, il fut également co-responsable du comité de pilotage et du catalogue de l’exposition « Indochine des territoires et des hommes, 1856-1956 » qui s’est tenue au musée de l’Armée en 2013-2014.

Alexis THUAUX

Passionné depuis toujours par le continent asiatique, Alexis Thuaux a suivi un double cursus en droit et en langues orientales. Il a appris le chinois et le japonais aux Langues O’ (INALCO) et a ensuite complété ses études aux États-Unis par une maîtrise d’anglais spécialisée en littérature américaine. Après avoir enseigné la langue anglaise à des adultes, il a passé dix années à Paris au sein du plus grand cabinet mondial d’audit et de conseil pour lequel il organisait des conférences internationales en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. En 2011, il s’est installé à Bangkok où il a publié Portraits de Bangkok, un guide de la ville paru en 2014.

Sophie TRELCAT

Architecte de formation, Sophie Trelcat est journaliste spécialisée en architecture, design et arts contemporains. Elle collabore avec de nombreux magazines parmi lesquels : A.M.C, Le Journal des Arts, Art Press, Les Inrocks, Vogue, d’A… Elle est également commissaire d’exposition —Christian de Portzamparc, Renzo Piano, Dentelles d’architecture ou encore Le stade, miroir de la ville— et auteure de plusieurs ouvrages. Aux Éditions internationales du Patrimoine, elle a co-écrit plusieurs monographies consacrées au patrimoine diplomatique français à l’étranger : Ambassade de France à Berlin (2010), Ambassade de France à Tokyo (2012), Résidence de France à Rabat (2014), Résidences de France à Singapour (2019) et Ambassade de France à New-Delhi (2019).

: 28 Produits

Fiche technique

Date de parution
août 2015
Langues
français-thaï
Nombre de pages
232
Nombre d'illustrations
113
Format
240 x 310 mm
Reliure
rigide et coffret illustré
ISBN
979-10-90756-15-1
Poids
2,3 Kg

Depuis la reprise de relations officielles avec le royaume de Siam en 1856, la représentation de la France à Bangkok, initialement con-sulat, puis légation en 1892, enfin ambassade en 1946, n’a jamais quitté les rives de la Maenam Chao Phraya. Deux siècles plus tôt, à une époque où les royaumes de France de Louis XIV et de Siam de Phra Naraï nouaient des contacts diplomatiques, le delta du grand fleuve était déjà le cœur d’enjeux et de rivalités complexes, une région stratégique, carrefour de la péninsule indochinoise, où notre pays tentait de s’implanter durablement. Malgré des débuts tumultueux, qui aboutirent à l’éviction de la France des rives du golfe de Siam, jusque sous le règne de Napoléon III, les échanges franco-siamois furent durablement marqués par une fascination partagée et un sincère désir de coopération, toujours à l’œuvre aujourd’hui.

Amarrée à la berge orientale du « Fleuve des rois », à quelques enca-blures du palais royal et du quartier chinois, à deux pas du collège de l’Assomption et de la cathédrale, si liés à notre présence dans le quartier de Bangrak, la résidence de France, ancienne maison des douanes, est toujours debout. Son architecture parle comme un livre d’histoire. La vieille bâtisse de teck et de briques, fruit d’hybri-dations stylistiques, fut maintes fois modifiée mais ne céda jamais sa place à un bâtiment « moderne », mieux adapté aux besoins de ses hôtes et à une certaine image que la France voulait projeter dans cette partie du monde. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir tenté.

Si elle a subi les vicissitudes du temps, la résidence est aussi mémoire. Symbole de relations anciennes et passionnées, houleuses mais aussi fructueuses, d’une amitié parfois teintée d’incompréhension, elle est un témoignage vivant de cette rencontre amorcée en situation coloniale et poursuivie au delà de la Guerre Froide, dans la capitale d’un pays désormais au cœur d’une région en plein essor, profondément intégrée aux marchés mondiaux, l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est.

La résidence de France est ainsi le parfait écrin d’échanges féconds, le témoin privilégié de l’évolution d’un Siam devenu Thaïlande, n’oblitérant rien mais offrant aux yeux de ses contemplateurs une page d’histoire croisée, celle de nos deux nations.

Aujourd’hui, alors que vient de s’achever sur le même site la construction d’une nouvelle chancellerie, la Vieille dame, dans la dignité de ses bâtis, l’élégance de ses jardins et le respect des âmes qu’elle abrite, conserve encore la trace de ces moments partagés. Espace dynamique et convivial, lieu de vie et de rencontres, la résidence de France est aussi un magnifique outil de travail au service de l’influence de notre pays. Longtemps contestée, elle a gagné ses lettres de noblesse depuis son inscription à l’inventaire des Monuments historiques nationaux de Thaïlande.

Je tiens à remercier tout particulièrement ici les mécènes et les auteurs qui ont contribué à la réalisation de ce splendide ouvrage, qui porte témoignage de la richesse des relations que nous entretenons depuis plus de trois siècles avec le royaume de Thaïlande.

 

 

Thierry Viteau
Ambassadeur de France en Thaïlande


Des clients ont aussi acheté ces ouvrages