La Résidence de France à Séoul

65,40 €

Entrer à l’ambassade de France à Séoul, c’est entrer dans un monde différent, quitter les avenues trépidantes, l’asphalte omniprésent, accéder à un « jardin secret », au cœur d’une mégapole de plus de vingt millions d’habitants qui aspire près de la moitié de la population du pays, une métropole où le moindre espace de terrain est bâti, utilisé, où les parcs sont rares, une métropole où les gratte-ciel ont définitivement envahi le centre de la ville, autrefois fortifiée, débordant largement par-delà les remparts de la cité Joseon qui fut la capitale de toute la péninsule pendant près de six siècles, sous le nom de Hanyang (1392-1910).

check In Stock
Quantité

Pierre CAMBON

Historien d’art spécialiste de la Corée, diplômé de la Sorbonne et de l’École du Louvre, il est responsable de la collection d’art coréen du musée Guimet. De 1988 à 1992, il fut attaché culturel auprès de l’ambassade de France à Séoul. De retour en France, il fut chargé de créer un département des antiquités coréennes au musée Guimet. Il est l’auteur de nombreuses publications parmi lesquelles L’Art de la Corée (2015).

Alain DELISSEN

Historien spécialiste de la Corée coloniale, il est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, directeur de l’Institut d’études coréennes du Collège de France. Auteur de nombreuses publications, ses travaux portent sur l’histoire moderne de la ville de Séoul (XVIIe -XXIe), l’historiographie du monde coréen aux XIXe et XXe siècles et l’histoire sociale et culturelle de la Corée coloniale (1910-1945).

Bogdan Andrei FEZI

Bogdan Andrei Fezi est architecte, titulaire d’ un doctorat en architecture et urbanisme de l’Université Paris 8, après un DEA à l’ École d’ architecture de Paris-Belleville. Ancien chercheur au laboratoire IPRAUS du CNRS et directeur de recherche à l’UAUIM, à Bucarest, où il enseigne actuellement. Il réalise des projets d’ architecture en France et en Roumanie en collaboration ou en association avec Architecture, Paris, et reçoit des prix internationaux.

Principales publications : "De la systématisation de Bucarest à la destruction des villages roumains", In Situ, 2013 ; "Bucarest, le petit Paris. Un siècle de voierie, réseaux, hydraulique, 1831-1939", Édifices & Artifice : Histoires constructives, Picard, 2010 ; Bucarest et l'influence française. Entre modèle et paradigme urbain. 1831-1921, L'Harmattan, 2005 ; "Bucarest, le petit Paris des Balkans. L'architecte roumain Duiliu Marcu, diplômé de l'École des beaux-arts de Paris", Livraisons de l'histoire de l'architecture, 2004.  

Inha JUNG

Critique, historien et professeur d’architecture à l’université Hanyang, il est l’auteur de Architecture and Urbanism in Modern Korea (2013), un ouvrage de référence sur la modernisation architecturale et urbaine en Corée. Il est le spécialiste de l’architecte Kim Chung-Up et de son œuvre.

: 17 Produits

Fiche technique

Date de parution
juillet 2018
Langues
français-coréen
Nombre de pages
232
Nombre d'illustrations
158
Format
240 mm x 310 mm
Reliure
rigide et coffret illustré
ISBN
979-10-90756-18-2
Poids
2,165 Kg

L’histoire de la résidence de France à Séoul et, plus largement, de l’ambassade de France en Corée est liée de manière intime à celle des relations entre la France et la Corée depuis leurs origines. 

Comme le rappellent les archives du ministère des Affaires étrangères, les premiers diplomates français en poste à Séoul à la fin du XIXe siècle, à commencer par Victor Collin de Plancy, avaient veillé avec un soin jaloux au choix de l’emplacement et à la construction du bâtiment de la légation de France. À Jeong-Dong, au cœur du Séoul vibrant, au contact de la population et des milieux intellectuels et d’affaires, à proximité du palais royal et des ministères, l’ambassade se voulait un lieu ouvert aux échanges et au développement de la coopération entre nos deux pays.

Après les affres de la première moitié du XXe siècle, alors que le pays se relevait des ravages laissés par la guerre de Corée, les autorités françaises décidèrent de réaffirmer cette alliance entre la France et la Corée en édifiant une nouvelle ambassade. Sous l’impulsion de l’ambassadeur Roger Chambard, un nouveau campus diplomatique fut construit au début des années 1960 sur le site de Hap-Dong, par l’architecte coréen Kim Chung-up, disciple de Le Corbusier pour lequel il avait travaillé pendant trois ans à Paris. 

L’élégant vaisseau de béton conçu par Kim Chung-up marquait la volonté des autorités françaises de projeter dans la modernité la relation franco-coréenne, sans rien oublier des traditions culturelles de nos deux pays. L’ambassade de France en Corée est aujourd’hui considérée comme le chef d’œuvre de Kim Chung-up et l’une des plus importantes constructions architecturales de la période moderne en Corée.

En ce début de XXI siècle, le partenariat entre la France et la Corée ne cesse de se renforcer et couvre désormais tous les domaines, politique, économique, culturel, universitaire, scientifique et touristique. Jamais en particulier autant de jeunes Français n’ont étudié en Corée ni de jeunes Coréens découvert la France.

Comme le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, M. Jean-Yves Le Drian, l’a annoncé le 11 février 2018 à la résidence de France à Séoul, afin de permettre à la relation bilatérale de se déployer pleinement, il devenait donc nécessaire de moderniser de nouveau notre outil diplomatique en Corée. Ce projet ambitieux de rénovation d’agrandissement de l’ambassade de France a été confié aux équipes franco-coréennes d’architectes des cabinets Sathy et Mass Studies.

Une ambassade ne peut se développer sans le plein soutien du pays et de ses habitants qui l’accueillent. Ce beau livre est le fruit d’importantes recherches historiques, artistiques et architecturales mais il est aussi et d’abord un vibrant hommage rendu aux Coréens et aux Coréennes qui ont fréquenté et accompagné la vie de cette ambassade. 

Je tiens à saluer chaleureusement le travail réalisé par les Éditions internationales du Patrimoine et leur équipe éditoriale. Je remercie également l’ensemble des mécènes, sans qui cet ouvrage n’aurait pu voir le jour.

Je souhaite aux lecteurs français et coréens le plus grand plaisir à découvrir, à travers l’histoire de la résidence de France à Séoul, cette alliance ancienne et toujours renouvelée entre nos deux pays, en faisant le pari qu’ils auront envie à leur tour de prendre part à l’aventure.

 

Fabien Penone
Ambassadeur de France en Corée du Sud

Des clients ont aussi acheté ces ouvrages