La Résidence des Pins

55,92 €

C’est en partageant votre joie et votre fierté que je proclame solennellement le Grand-Liban et qu’au nom du gouvernement de la République française, je le salue dans sa grandeur et dans sa fortune, du Nahr el-Kebir aux portes de la Palestine et aux crêtes de l’Anti-Liban.

Général Gouraud, 1er septembre 1920, Résidence des Pins.

check In Stock
Quantité

Pierre FOURNIÉ

Pierre Fourniéchartiste de formationest actuellement chef du département de l’action culturelle et éducative aux Archives nationalesDe 2005 à 2009il a travaillé au ministère de la Culturecomme chef du département des publics à la direction des Archives de FranceIl a été précédemment en poste aux Archives du ministère des Affaires étrangères où il étaitentre autresresponsable des collections photographiques.

Auteur de plusieurs articles sur le Moyen-Orient contemporain, il a publié en tant que co-auteur: La France et le Proche-OrientUne chronique photographique de la présence française en Syrie et au Libanen Palestineau Hedjaz et en Cilicie1916-1946 (1996)Beyrouth, la Résidence des Pins (1999); Le Paris ArabeDeux siècles de présence des orientaux et des maghrébins1830-2003 (2003).

En tant que commissaire scientifique d’expositions, il a dirigé la publication de plusieurs ouvrages dont Regards sur le monde, trésors photographiques du Quai d’Orsay, 1860-1914 (2000); Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années soixante (2011); Présumées coupables, les grands procès faits aux femmes (2016).

Marianne MÉTAIS

Formée en sciences politiques et en histoire de l’art et de l’architecture du XIXe siècle, Marianne Métais est, depuis 2011, chef du secteur du patrimoine du minis-tère des Affaires étrangères, au sein du Bureau du patrimoine et de la décoration. Elle est responsable de la collection d’œuvres d’art et de mobilier des postes diplomatiques et de l’hôtel du ministre des Affaires étrangères. Elle a précédemment travaillé au musée Rodin, à la coordination des expositions, et au service de l’inventaire du Conseil régional de Bourgogne.

Ses travaux ont porté sur les néo-styles, notamment le style néo-Renaissance au château de Sully, en Bourgogne. Elle a participé aux ouvrages sur les résidences de France à Alger (2016) et Washington (2018) parus aux Éditions internationales du Patrimoine.

: 22 Produits

Fiche technique

Date de parution
juillet 2018
Langues
français
Nombre de pages
240
Nombre d'illustrations
193
Format
240 mm x 310 mm
Reliure
rigide et coffret illustré
ISBN
979-10-90756-17-5
Poids
2,325 Kg

Nombreux sont les visiteurs que j’accueille sur le perron de la Résidence des Pins et qui partagent avec moi l’émotion ressentie pendant la montée des marches. Cette confession, si elle ne cesse de me toucher, ne me surprend plus guère, car le charme de ces pierres —leur couleur, leur patine, leur toucher— opère de manière invariable.

Ce charme, j’y suis, moi aussi, toujours autant sensible, alors même que mes fonctions me donnent le privilège de travailler, mais aussi de vivre, dans ce magnifique édifice. Cela, je crois, vient de ce que, à la Résidence des Pins plus qu’ailleurs, « les pierres parlent à ceux qui savent les entendre », selon les mots d’Anatole France (Pierre Nozière, 1899).

Et de quoi, au juste, parlent les pierres de la Résidence des Pins ?

Elles parlent des derniers feux de l’Empire ottoman, de la vision d’un bâtisseur, qui sut choisir les plus beaux matériaux du Levant —roche jaune, marbre rouge et bois de cèdre— pour donner corps à son rêve de pierre, sous les frondaisons des pins. Elles parlent des soubresauts du premier conflit mondial, du mandat français et de la proclamation du Liban contemporain depuis le péristyle d’un cercle de jeu devenu tout à la fois résidence de France et maison de tous les Libanais. Elles parlent des drames de l’interminable guerre civile libanaise et des dommages infligés par le feu des obus et la violence des milices.Elles parlent de la renaissance —du redressement du pays comme de la reconstruction du bâtiment—, dans une communauté de destins une nouvelle fois indissociables. Elles parlent, enfin, des grands hommes qui ont séjourné en ces lieux, pour un temps plus ou moins long, du général Gouraud à plusieurs présidents de la Ve le général de Gaulle, le comte de Chayla, premier ambassadeur de France auprès du Liban indépendant, ou l’ambassadeur Louis Delamare, qui y a perdu la vie.

En somme, de ces pierres, on peut dire, toujours comme Anatole France, qu’« elles gardent des secrets terribles » et qu’« elles en savent long sur la vie et la mort ». À ces pierres qui en savent tant et qui recèlent encore tant de mystères, les auteurs de ce magnifique ouvrage ont tendu une oreille attentive, aimante presque. Ils ont mobilisé les meilleurs connaisseurs de l’histoire franco-libanaise et de la Résidence des Pins, dans des domaines aussi variés que la littérature —l’ouvrage comprenant un hors-texte ciselé et foisonnant du grand écrivain Salah Stétié—, l’histoire de l’art et de l’architecture et les archives diplomatiques.

Le travail croisé de ces experts a permis d’aboutir à ce superbe livre qui restera pour longtemps une référence. Je me réjouis que ce projet ait pu voir le jour, grâce au soutien de mécènes, avant que nous ne célébrions, en 2020, le centième anniversaire de la proclamation du Liban contemporain, auquel il apportera, j’en suis sûr, une contribution importante, en témoignant notamment de la présence continue de la France aux côtés du Liban et de la richesse de l’amitié franco-libanaise.

Je souhaite à chacune et à chacun une excellente lecture.


Bruno Foucher
Ambassadeur de France au Liban

Des clients ont aussi acheté ces ouvrages